Mooncard x Ifop : l’impact du travail sur la vie privée en 2021

Mooncard dévoile avec l’Institut Ifop la deuxième édition (voir édition 1 - 2019) de son baromètre sur la “charge mentale professionnelle”, définie comme l’encombrement psychologique provoqué par des préoccupations d’ordre professionnel, y compris en dehors des horaires de travail.

Cette année l’étude est basée sur une innovation méthodologique : la création d’un “indice de charge mentale” conçu par les équipes scientifiques de l’institut Ifop à partir de six items : niveau de stress ressenti au travail, le fait de penser au travail le soir, le week-end, l’impression “de ne pas s’en sortir”, la difficulté à s’endormir le soir, et le sentiment d’intrusion de sa vie professionnelle dans sa vie personnelle. 

Les mères de famille, premières victimes du télétravail

La quasi-généralisation du travail à la maison n’a pas permis une meilleure conciliation entre vie personnelle et professionnelle :

Indice de charge mentale professionnelle

Indice charge mentale pro

Télécharger l'étude

Veuillez remplir ce champ obligatoire

Charge mentale, la zone rouge franchie par les cadres ?

39 % des cadres ont “souvent” des difficultés à dormir à cause du travail
indice de charge mentale de 6,7
33 % des cadres ont “souvent” l’impression de ne pas s’en sortir
indice de charge mentale de 6,9
Plus inquiétant encore, 16 % des cadres avouent qu’il leur arrive de penser au travail en faisant l’amour : 18 % pour les femmes, 14% pour les hommes.
indice de charge mentale de 6,7

Mais qu’est ce qui préoccupe autant les cadres au quotidien ?

Les notes de frais : C’est la tâche administrative au travail jugée la « plus pénible », à égalité avec la gestion des jours de congés (40% de citations, avec une pénibilité sans doute accrue par la contexte de crise sanitaire), devant la gestion de la santé au travail (36%) et la gestion de leur rémunération (35%).

Les réunions : elles sont perçues comme étant le process interne le plus pénible par les cadres (59 % d’entre eux) devant la gestion des mails (56 %), les obligations de reporting (55 %), la gestion RH (47 %), la gestion des budgets (41%) ou encore la réalisation de présentations type PowerPoint (41%).


Les appels et les messages : 53% des cadres confirment être trop sollicités par des appels téléphoniques ou les messageries et 47% affirment ne pas prendre le temps de faire une véritable pause déjeuner.

Un impact différent selon les profils


Jeunes et leurs ainés

43% des moins de 35 ans ont “souvent des difficultés à concilier vie personnelle et vie professionnelle contre 20% des plus de 50 ans.

Habitants de la campagne vs la ville

33 % des cadres qui habitent en province ont “souvent des tensions avec leur conjoint(e) ou leurs proches en raison du stress au travail contre 22 % des habitants en agglomération parisienne et 20% des habitants à la campagne”.

Télétravail total vs télétravail partiel

65 % de ceux qui ont pratiqué le télétravail 4 à 5 jours par semaine trouvent les réunions “pénibles” contre 46% de ceux qui ne l’ont jamais pratiqué.

Télécharger l'étude